LogoLinks Link zur Homepage
 Home | Contact |  
 | 
 | 
E-Mail
  
Que faire?
Les rituels d'adieu
Vivre avec la douleur
Cérémonies funéraires

Ne pas cacher la mort

Dans des temps plus anciens, il était normal que la personne décédée soit exposée  pendant plusieurs jours, afin que les proches, les amis et les gens du village puissent faire leurs adieux au défunt. Ce rituel est resté vivant pour les anthroposophes. La règle veut ici que le corps soit exposé durant trois jours (voir colonne de droite). Ruth König nous décrit les rituels d'adieu au home médicalisé de Rüttihubelbad dans l'Emmental.

De Ruth König

Dans les statuts du home de Rüttihubelbad, l'accompagnement des personnes en fin de vie fait partie des priorités. Elle n'a pas seulement lieu dans les derniers moments de la vie. Elle embrasse tous les soins aux personnes âgées, qui sont des soins de vie, jusqu'à la mort. Nous essayons de ne pas occulter la mort, car elle est ce qu'il y a de plus sûr au monde et fait partie de la condition humaine.

Dans notre établissement, le passage de la vie à la mort fait l'objet d'un accompagnement intense. Les pensionnaires du home ont la possibilité de s'y confronter et de s'y joindre, parfois durant plusieurs années. Ainsi, ils peuvent se préparer - consciemment ou inconsciemment - à ce passage.

Lorsque chez nous, quelqu'un est sur le point de mourir,  les autres pensionnaires viennent souvent le visiter. La famille est invitée à venir et toute l'attention de la maison se  concentre en une attention bienveillante pour la personne mourante.

Après la mort, une bougie est allumée dans un endroit central de la maison et un livre avec les dates de vie du défunt est exposé. Ces signes publics restent aussi longtemps que la personne décédée est dans la maison. Les soins au défunt sont exécutés dans le calme et un profond respect, parfois avec l'aide de la famille. Le corps reste durant trois jours dans son environnement familier. Il est exposé dans sa chambre (avec un système de refroidissement). Une image spécifique est accrochée à la porte et chaque personne qui en a envie peut y entrer durant ce laps de temps. La chambre est fraîche et bien rangée, une bougie y brûle, et souvent quelqu'un est assis là et lit des textes de l'évangile. Parfois, le partenaire ou un proche a veillé pendant toute la nuit au chevet du mort.

En fonction des voeux du défunt, une cérémonie d'adieu a lieu le troisième jour où tous les pensionnaires du home sont invités. Le choeur et l'orchestre du centre de Rüttihubelbad anime cette cérémonie et chacun a le loisir de passer devant le cercueil ouvert afin de faire ses adieux. Ensuite, le cercueil est fermé et accompagné hors de la maison. Quatre à six semaines après, une commémoration a lieu: des textes choisis y sont lus, la biographie du défunt ainsi que des souvenirs individuels y sont évoqués.

La relation avec le mort continue à être entretenue: en novembre, tous les pensionnaires et le personnel du home se retrouvent pour une commémoration où les proches sont aussi invités. Dans une ambiance de calme et de méditation, les noms des morts de l’année précédente sont lus et les participants qui le désirent peuvent évoquer des souvenirs.

Ainsi, le temps après la mort – tout comme la mort elle-même – est un long processus auxquel les pensionnaires ont l'occasion de prendre part de façon intense. Ils y sont confrontés à plusieurs reprises et peuvent ainsi évoluer sur leur propre chemin en faisant l'expérience de l'incertitude et de la peur, mais aussi de l'apaisement et du réconfort.

Cette façon consciente de traiter la mort permet au personnel du home de soigner les personnes âgées dans leur intégralité en les soutenant sur leur chemin vers la vieillesse.

Haut de page

spacer

Ruth König a été infirmière jusqu'à sa retraite au home médicalisé de Rüttihubelbad dans l'Emmental. C'est elle qui y a instauré les rituels après la mort.

L'exposition du corps

Les cliniques anthroposophiques pratiquent aussi l'exposition du corps du défunt et disposent d'espaces aménagés à cet effet. La durée de trois jours a une raison concrète: elle correspond au temps dont le corps éthérique a besoin pour se dissoudre du corps physique.

Haut de page

 

Forum für Sterbekultur | 27.04.17