LogoLinks Link zur Homepage
 Home | Contact |  
 | 
 | 
E-Mail
  
Le concept des soins palliatifs
L'histoire des soins palliatifs
... en Suisse romande
Soins palliatifs ambulatoires
La médecine palliative
Les soins anthroposophiques
Massages et frictions
Enveloppements et compresses
Les thérapies
La thérapie musicale
L'eurythmie curative
Le travail biographique
La spiritualité

La spiritualité projette dans l'avenir

Si selon un verdict médical et l'appréciation humaine, il ne reste que peu de temps à vivre, nombreuses sont les questions qui se posent. Des questions qui sont perçues de façon totalement différentes par la personne touchée que par ceux qui l'accompagnent. La prise en compte de la spiritualité ouvre une nouvelle dimension pour tous les participants.

De Hans-Richard Heiligtag

Comment ais-je envie de vivre mes derniers jours, semaines ou mois? Ais-je envie que cette phase soit la plus courte possible? S'agit-il en premier lieu pour moi de souffrir le moins possible? Est-ce j'aimerais avant-tout être le moins longtemps possible un poids pour mes proches? Pour la personne qui sait qu'elle va mourir prochainement, les questions se posent de façon nouvelle.

Ce catalogue de questions prend toutefois une toute autre couleur si la spiritualité est prise en compte. La représentation de l'être humain en tant que citoyen de deux mondes – celui de la terre et celui de l'esprit –, enlève à la mort terrestre son visage irrévocable.
Lorque les soignants, les thérapeutes et les médecins se présentent face au patient avec la conscience qu'il ne s'agit ici que d'une étape sur son chemin individuel – une étape qui ne comporte pas seulement ce qui a précédé mais qui comporte une suite –, 
cette période peut être vécue et élaborée différemment.

Dans l'élan humain de se vouer à une personne en fin de vie, intervient alors un futur. Ce que nous faisons et vivons aujourd'hui est d'une grande importance pour demain, un lendemain au-delà de la mort. Un accompagnement vers la mort enrichi de spiritualité peut être offert à chacun et ne présuppose pas d'une vocation spirituelle particulière. Il suffit d'une ouverture pour la nouveauté.

A travers les études rétrospectives, il a pu être démontré qu'une telle spiritualié vécue en fin de vie était d'une grande valeur pour les mourants. Les proches et les soignants ont observé une stabilisation et une harmonisation dans le processus vers la mort. La spiritualité signifie bien ici une orientation vers le futur. Par ce fait, il s'opère une attitude positive et active de la part des soignants, des accompagnants et des thérapeutes qui se répercute sur la personne même gravement malade. Cette attitude aide à l'élévation  au-dessus de la souffrance physique purement terrestre.

Haut de page

spacer

Le docteur Hans-Richard Heiligtag est médecin à la Clinique Arlesheim.

 

Forum für Sterbekultur | 27.04.17