LogoLinks Link zur Homepage
 Home | Contact |  
 | 
 | 
E-Mail
  
Le concept des soins palliatifs
L'histoire des soins palliatifs
... en Suisse romande
Soins palliatifs ambulatoires
La médecine palliative
Les soins anthroposophiques
Massages et frictions
Enveloppements et compresses
Les thérapies
La thérapie musicale
L'eurythmie curative
Le travail biographique
La spiritualité

Les soins anthroposophiques dans le concept palliatif

Le geste „enveloppant“ est le thème principal des soins palliatifs dans toutes les phases de l'accompagnement des personnes en fin de vie. La certitude d'une existence après la mort influence la façon de faire, jusqu'au moment, et au-delà de la mort. Les soins anthroposophiques considèrent toutes les dimensions de l'être humain, soit le corps physique, l'âme et l'esprit, ceci dans une approche professionnelle et humaine.

De Monika Layer

Avec la maladie, le corps physique peut devenir un poids et il nécessite de l'attention et des soins. Les symptômes qui apparaissent en fin de vie et particulièrement dans la phase terminale, comme la faiblesse, le sentiment de froid ou de chaud, le manque d'appétit, la soif et la sécheresse de la bouche, la douleur et les problèmes de digestion, ont besoin d'être soulagés.

Tout l'art des soins, à côté des possibilités de la médecine, est requis pour alléger les conditions élémentaires à la fin de la vie. Les méthodes de soins anthroposophiques, qui travaillent avec les quatre éléments classiques de la terre, de l'eau, de l'air et de la chaleur peuvent activer le corps fatigué et lui apporter par sa chaleur une détente et un allègement bénéfiques. Le „lavage de résonnance“ ou les applications externes de compresses , les massages rythmiques selon Wegman/Hauschka sont particulièrement appréciés.

La phase de fin de vie est marquée par des questions sur la vie et son sens. Le don de soi, le dévouement, l'attention, l'intimité et le toucher sont des vertus soignantes qui ont la faculté de réveiller des émotions et des sentiments inconscients. Une rencontre remplie d'attention empathique peut créer chez le patient un espace protégé qui permet d'exprimer des questions pressantes auxquelles il est possible de répondre dans la tranquillité. Les soignants ont ici un rôle primordial dans la médiation d'émotions parfois brisantes qui se manifestent à l'intérieur du patient ou entre le patient et d'autres personnes accompagnantes.

En se rapprochant du palier de la mort, le regard se détache du superflu et se focalise sur la vie spirituelle. Souvent, cela provoque de l'agitation et de la peur face à l'inconnu. Ici aussi, des applications externes comme le massage des jambes et des pieds avec de l'huile de rose ou de lavande ou une application sur le coeur de pommade Aurum Lavendula, peut apporter un soulagement.

Le processus de se détacher du corps doit pouvoir se dérouler sans dérangements et les soins doivent se réduire au minimum. L'accompagnement intérieur du mourant par les soignants devient plus intense et peut, suivant les orientations personnelles, être enrichi par une prière commune, des citations sensées ou des poèmes.

Les soins et le suivi du corps après l'apparition de la mort sera effectué dans la conscience que la personne poursuit son cheminement dans une autre dimension. Dans le cadre anthroposophique, le rituel d'adieu conçu avec toutes les personnes ayant participé au processus de la mort, joue un rôle important. La synergie entre le suivi du corps du défunt, la transmission entre différents pôles et l'accompagnement de l'individualité est possible par l'intérêt et l'empathie avec les autres. Elle est l'essence même de l'art de soigner en tenant compte des différents niveau de l'être humain.

Haut de page

spacer

Monika Layer, MAS

Dipl. Pflegefachfrau, Lehrerin für Pflegeberufe, Expertin für Anthroposophische Pflege (IFAN) und Expertin Rhythmische Einreibungen nach Wegman/Hauschka (IFAN), Heilpflanzenexpertin; Fachleiterin Pflege Integrative Medizin Kantonsspital St.Gallen, Inhaberin der Firma «Pflege integrativ»
www.pflegeintegrativ.ch

 

Forum für Sterbekultur | 28.08.17