LogoLinks Link zur Homepage
 Home | Contact |  
 | 
 | 
E-Mail
  
La sphère des morts
D’un coup d’oeil
Le moment de la mort
Le panorama
Kamloka
Des sphères planétaires
La vie avant la naissance
Réincarnation et destin
Le contact avec les morts
Anthroposophie ?

Le moment de la mort

Contrairement au sommeil profond, où la personne gît dans son lit dans un état d’inconscience purement végétatif, lors de la mort , toute manifestation du vivant disparait et l’enveloppe du corps se décompose rapidement.

Par la recherche sur les expériences de mort imminente, on sait que l’existence humaine ne se termine pas avec la mort. L’âme est capable de mémoire et d’expériences dans l’au-delà.

Les expériences de mort imminente
Depuis la sortie du livre de George Ritchies Retour de l’au-delà et les recherches sur la mort  d’Elisabeth Kübler-Ross, de Raymond Moody jusqu’à Pim van Lommel, nous avons accès à une foule de récits très divers mais qui ont des similitudes, sur la mort imminente. Le compte-rendu récent du neurochirurgien américain Eben Alexander, qui a lui-même vécu un coma de 7 jours, a éveillé l’attention du monde scientifique. Son livre Proof of Heaven (La preuve du paradis en français) est devenu un best-seller.

Mais malgré ces preuves transcendantes, la médecine classique a de la peine à reconnaître ses expériences au seuil d’un monde de lumière, d’un monde de l’âme et de l’esprit, car les récits ne correspondent pas à la conception courante de l’être humain.

"Le plus superbe, grandiose, sublime..."
Rudolf Steiner a décrit le moment de la mort d’une autre façon et suivant sa vision de l’esprit: « Elle est ce qu’il y a de plus merveilleux, de plus sublime, de plus grand qu’il soit donné de contempler entre la mort et une nouvelle naissance. Elle témoigne en permanence du triomphe de l’esprit sur la matière, de la force auto –créatrice de l’esprit. »
23.11.1915, GA 174b 
Traduction Jean- Marie Jenni, Editions anthroposophiques Romandes, p111

Dans de nombreux récits actuels de mort imminente, on parle d’un tunnel qui va vers un monde de lumière. Le défunt se sent comme accueilli et plongé dans une luminosité chaude, claire et parfois éblouissante. Et là, il se sent accepté tel qu’il est...

Rudolf Steiner poursuit quant à lui: „In diese Gedanken der Hierarchien wachsen wir hinein. Das ist das uns umflutende Gedankenlichtwesen. Das ist diese Einheit. Also wir leben in den zu einer Einheit zusammenfliessenden Gedanken der Hierarchien. Da leben wir darinnen…“ 7. Feb 1915, in GA 161   Seite 131  

La recherche traditionnelle sur la mort imminente arrive ici à ses limites.

Parfois, des récits décrivent aussi un panorama, un survol de la vie. Rudolf Steiner décrit aussi cette expérience: toute la vie apparait dans ses détails comme dans un flot de simultanéité, comme un réseau de mémoire à l’observateur. En quelques jours, cette expérience figurative devient de plus en plus faible pour finalement se dissoudre dans la „mémoire universelle“.

Ce dernier processus peut être compris comme la dissolution du corps éthérique et comme une deuxième mort.

Haut de page

spacer

 

Forum für Sterbekultur | 28.08.17