Skip to content

Le mandat pour cause d'inaptitude et les directives anticipées

Qu'est-ce que je souhaite pour la fin de ma vie ?

Le mandat pour cause d'inaptitude et les directives anticipées nous permettent de consigner notre volonté et nos valeurs pour le cas où nous ne serions plus en mesure de les exprimer nous-mêmes.

Pour trois raisons, il est devenu plus important ces dernières années de rédiger un mandat pour cause d'inaptitude ou des directives anticipées :

  • Premièrement, la médecine actuelle vise à tout faire pour préserver la vie. Cela signifie que les gens meurent beaucoup plus souvent à l'hôpital, voire aux soins intensifs, qu'à leur domicile, comme le souhaitent 80% des Suisses. L'objectif final doit-il être la prolongation de la vie ou la qualité de vie ?
  • Avec la nouvelle loi sur la protection des adultes de 2013, le médecin ne peut plus agir de sa propre initiative qu'en cas d'urgence : Lorsque la volonté du patient n'est pas connue ou en cas de grande urgence.
  • La pression croissante pour l'introduction de la solution d'opposition dans la réglementation du don d'organes (acceptée lors de la votation populaire du 15.05.2022)

Différentes possibilités
Au cas où l'on deviendrait incapable de discernement, il existe différentes manières de définir sa volonté de manière juridiquement contraignante :

Le mandat pour cause d'inaptitude permet de désigner une personne de confiance qui prendra des décisions médicales et juridiques pour soi, de sorte que l'APEA ne doive pas s'en charger. Les personnes mariées devraient également le faire, afin de pouvoir prendre des décisions importantes pour l'autre.
Il est également conseillé de faire appel à une personne de confiance, car celle-ci peut alors tenir compte de toutes les informations sur la situation actuelle pour prendre sa décision, ce qui n'est guère possible à l'avance. Certaines personnes hésitent à parler avec des proches de leurs propres souhaits et valeurs concernant leur mort. Pour qu'une représentation réussisse, cela est pourtant fortement recommandé et soulage également les proches.

Les directives anticipées permettent de refuser ou d'exiger certains traitements médicaux.
Il existe un grand nombre de directives anticipées. Cependant, leur mise en œuvre pratique est souvent liée à des difficultés. Soit parce qu'elles sont contradictoires ou pas clairement remplies, soit parce qu'une situation complètement différente a été envisagée lors du remplissage. Il arrive ainsi que les proches disent : "Maman n'a jamais voulu ça !", alors que les directives anticipées de maman ont été consultées. Sur la base de telles expériences, la tendance est désormais à une planification anticipée des soins plus complète, appelée Advance Care Planning (ACP).

Vérifier régulièrement
Les documents médicaux de prévoyance ne sont pas statiques. Selon la situation de vie ou l'état de santé, les volontés personnelles peuvent changer. C'est pourquoi ils devraient être revus tous les deux ou trois ans.